Vous êtes ici : Accueil / Agenda / Commémorations de la Bataille de Mons

Commémorations de la Bataille de Mons

23 août, souvenons-nous
Quand ?
Du 22/08/2020 à 12:00
au 23/08/2020 à 18:00
Tarifs
23.08: MMM gratuit
Visite guidée: 2€
Ajouter au calendrier
vCal    iCal

Il y a 106 ans, soldats britanniques et allemands s’affrontaient lors de la Bataille de Mons. C’est lors de cette bataille que les britanniques auraient invoqués leur saint patron, Saint Georges, et que du ciel serait apparu une horde d’anges armés qui leur auraient permis de battre en retraite. La Légende des Anges de Mons était née… Le cimetière militaire de Saint-Symphorien, à deux pas de Mons, rassemble les dépouilles des soldats des deux armées tombés lors de cette bataille.  
Ce 23 août, souvenons-nous de cette tranche de notre Histoire.

Pour l’occasion, la Grand-Place se mettra aux couleurs britanniques avec le Celtic Passion Pipe Band qui déambulera les 22 et 23 août.
Poussez aussi les portes du Mons Memorial Museum et (re)decouvrez notre Histoire. Cet espace muséal unique invite à s’interroger sur les réalités multiples et complexes des phénomènes guerriers. La vaste exposition permanente retrace l’histoire militaire de la région de Mons depuis le Moyen Âge jusqu’au XXe siècle, avec un accent particulier sur les évènements des deux guerres mondiales.  

Dans le cadre de ces commémorations, le Mons Memorial Museum sera gratuit le 23 août, de 12h à 18h.
A 14h30, profitez d’une visite guidée du musée (2€ la visite, réservation obligatoire à VisitMons)

 

Un bout d'histoire

La Bataille de Mons

L’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empereur d’Autriche, est assassiné le 28 juin 1914. L’Europe sous tension et divisée en deux blocs de pays alliés : Triple Alliance (Allemagne, Italie, Autriche-Hongrie) et Triple Entente (France, Grande-Bretagne, Russie) ne résiste pas. Ce meurtre est l’un des déclencheurs de la Première Guerre Mondiale.  

Le 2 août, l’Allemagne exige de la Belgique le libre passage de ses troupes (ce que la Belgique refuse) et le 4 août, elle viole la neutralité du pays. Garante de la neutralité belge, la Grande-Bretagne déclare la guerre à l’Allemagne et mobilise ses troupes.

Les 1ères troupes britanniques arrivent dans les environs de Mons le 21 août 1914. Ils ne fortifient pas le secteur, la position étant un arrêt temporaire avant la grande offensive prévue. Le 21 août, lorsque des escadrons britanniques font des reconnaissances au niveau de Casteau, John Parr est tué. Il est le premier tué britannique de la Première Guerre Mondiale. Le repli imprévu de la 5ème armée française le 22 août oblige le Corps expéditionnaire britannique à rester sur ses bases et à tenter de briser l’avancée allemande.

C’est lors de la journée du 23 août que les combats commencent véritablement. Les combats se concentrent le long de la ligne de front du canal. Les assauts de la gare d’Obourg sont brefs et ralentissent les Allemands. Mais c’est à Nimy que les combats les plus virulents ont lieu, notamment au niveau du pont de chemin de fer. Le feu nourri des Britanniques est particulièrement puissant et les Allemands perdent de nombreux soldats. Le lieutenant Dease et le soldat Godley recevront les 2 premiers Victoria Cross de la Première Guerre Mondiale.

En début d’après-midi, les positions des Britanniques à Nimy sont intenables et ils battent en retraite vers Mons. Lors de leur passage, les Allemands détruisent le village de Nimy en brûlant de nombreuses habitations, en tuant des habitants et en utilisant certains d’entre eux comme boucliers humains pour entrer dans la ville de Mons.

La bataille de Mons n’est cependant pas encore finie. Les Britanniques et les Allemands se battent toujours dans le village d’Hyon, à Jemappes et dans tout le Borinage. À la Bascule, une poignée de soldats britanniques permet au Corps expéditionnaire britannique de battre en retraite en empêchant les Allemands de les encercler. C’est vraisemblablement dans les environs que seraient apparus les fameux Anges de Mons.  

La retraite des troupes britanniques les emmène jusqu’au Cateau et aux environs de Meaux où, avec l’armée française, elles participent à la « Bataille de la Marne ».

 

 

Actions sur le document

Mots-clés associés :